ADOCHS Study Day: Data Processing in the Cultural Heritage Sector

On Tuesday 14 September 2021, the ADOCHS project (Auditing Digitalization Outputs in the Cultural Heritage Sector) organises an international study day on Image & Data Processing in the Cultural Heritage Sector. While morning presentations will shed light on the project results to improve quality of the files produced in the context of heritage digitisation, those of the afternoon will open the debate on the possible follow-up of this project and the evolution of our organisations in the light of artificial intelligence. This study day will also be an opportunity to open a dialogue between researchers and professionals on experiences and achievements in professional environments close to our own. Do you want to join us? During the afternoon poster session, researchers and professionals from libraries, archives and museums are invited to present their ideas, reflections and projects to improve the digital valorisation of our heritage and documentary collections and interact with the audience.

Organisers

· CegeSoma (State Archives of Belgium)

· Royal Library of Belgium (KBR)

· Université libre de Bruxelles (ULB)

· Vrije Universiteit Brussel (VUB)

Date

· September 14th 2021

· 9.30AM > 5PM

Final programme & Registration to come soon. Stay tuned!

SAVE THE DATE & APPEL A CONTRIBUTION Image & Data Processing in the Cultural Heritage Sector Journée d’étude ADOCHS

Le mardi 14 septembre 2021, le projet ADOCHS (Auditing Digitalization Outputs in the Cultural Heritage Sector) organise une journée d’étude internationale sur le traitement des images et des données dans le secteur du patrimoine culturel. Alors que les présentations du matin apporteront un éclairage sur les résultats du projet visant à améliorer la qualité des fichiers produits dans le cadre de la numérisation du patrimoine, celles de l’après-midi ouvriront la discussion sur les suites possibles de ce projet et l’évolution de nos organisations à la lumière de l’intelligence artificielle.

Cette journée d’étude sera également l’occasion d’ouvrir un dialogue entre chercheurs et professionnels sur les expériences et réalisations dans des environnements professionnels proches des nôtres. Vous souhaitez vous joindre à nous ? Lors de la session de posters de l’après-midi, chercheurs et professionnels des bibliothèques, archives et musées sont invités à présenter leurs idées, réflexions et projets pour améliorer la valorisation numérique de nos collections patrimoniales et documentaires et à interagir avec le public.

Organisateurs

· CegeSoma (Archives de l’Etat belge)

· Bibliothèque Royale de Belgique (KBR)

· Université libre de Bruxelles (ULB)

· Vrije Universiteit Brussel (VUB)

Date

· 14 septembre 2021

· 9h > 17h

Le programme définitif et les inscriptions seront bientôt disponibles. Vous pouvez déjà consulter le poster: recto et verso.

Réunion du groupe de contact FNRS « Analyse critique et amélioration de la qualité de l’information numérique »

(Téléchargez l’introduction d’Isabelle Boydens et la présentation de Françoise Rossion.)

La prochaine réunion du groupe de contact FNRS « Analyse critique et amélioration de la qualité de l’information numérique » se tiendra le mercredi 12 mai 2021 de 14H à 15H30, elle aura lieu en ligne (vous recevrez le lien afin de rejoindre l’événement, une fois inscrits, voir ci-dessous).

Pluridisciplinaire, le groupe se situe au confluent des sciences appliquées et des sciences humaines et politiques.

Le groupe, dont nous avons fêté les 25 ans en 2019, s’est réuni récemment en 2020. La réunion de 2021 s’inscrira dans le thème fédérateur que l’Université libre de Bruxelles a choisi pour l’année académique 2020-2021, « les Citoyennetés numériques ». Un thème riche, entre autres, sur le plan social, politique, littéraire, culturel, cognitif ou encore, technologique

En particulier, la conférence proposée lors de cette réunion du 12 mai 2021, « Avez-vous essayé l’ignorance ? Les défis du knowledge management aujourd’hui…»examinera, sur la base d’exemples issus des sciences humaines ou du monde des entreprises l’importance de la «gestion des connaissances». Et ce, dans le contexte de l’actualité que nous vivons, avec un accent sur la qualité des données. Plus d’information est disponible dans l’abstract ci-dessous.

La conférence sera présentée par Françoise Rossion, Présidente du Master en sciences et technologies de l’information et de la communication et Maître de Conférence à l’ULB ; elle est aussi chargée de cours à l’Université de Lille. En parallèle à ses activités d’enseignement, Françoise est consultante depuis plus de 25 ans en gestion des connaissances et a acquis une forte expérience tant dans le secteur public que privé, en Belgique et à l’étranger.

La réunion se terminera par une table ronde au cours de laquelle tous les participants qui le souhaitent seront invités à intervenir. L’accès à la rencontre, qui est financée par le Fonds National de la Recherche Scientifique, est gratuit ; il est toutefois indispensable de s’inscrire avant le 10 mai 2021 au plus tard à l’événement. Pour vous inscrire, veuillez envoyer un email à Mathias Coeckelbergs (mathias.coeckelbergs@ulb.be) en indiquant votre nom, prénom et institution(s) d’appartenance(*). Vous recevrez par email une confirmation d’inscription avec le lien Teams vous permettant de rejoindre l’événement du 12 mai.

Programme

14h00 Introduction, par Isabelle Boydens, Présidente du groupe de contact FNRS « Analyse critique et amélioration de la qualité de l’information numérique », Professeur ordinaire à l’ULB et responsable du « Data Quality Competence Center » au sein du département Recherche de Smals

14h05  « Avez-vous essayé l’ignorance ? Les défis du knowledge management aujourd’hui…»,  par Françoise Rossion

15h05 Débat et table ronde. Modérateur : Marc Borry, responsable du Knowledge Management auprès de l’Académie Nationale de Police et chargé de cours à l’Université de Lille.

Résumé

Avez-vous essayé l’ignorance ? Les défis du knowledge management aujourd’hui… 

« La gestion des connaissances ? Projet trop cher, retour sur investissement non démontré ! » sont trop souvent les réponses données par les Directions d’entreprises qui, si elles sont conscientes d’une nécessité de « bien » gérer leurs connaissances, éprouvent encore des difficultés à articuler leurs besoins et à concrétiser leurs réflexions.

Souvent mal comprise, parfois décriée, ignorée, manipulée, la gestion des connaissances est une discipline relativement jeune qui se cherche toujours… Le sujet est pourtant fondamental :  avons-nous le choix de « ne pas connaître » ou de « mal » connaître ? Pouvons-nous nous offrir le luxe de l’amnésie dans une économie imprévisible et toujours plus véloce, où la transformation digitale devient le maître mot ?

L’enjeu est pourtant de taille et l’actualité riche en exemples qui démontrent le « coût » à payer lorsque les décisions se fondent sur des données pertinentes : « La Lombardie, le cœur économique du nord de l’Italie, a été confinée et classée “zone rouge” à tort pendant une semaine en raison de statistiques régionales erronées » (23/01/2021).

Ce manque à gagner est aussi perceptible dans le cadre de nos pratiques professionnelles. Par exemple, le travail du restaurateur d’œuvres se base, en grande partie, sur son expérience et sur celles de ses prédécesseurs. Ces expériences lui permettent de prendre les « bonnes » décisions, de prévenir les problèmes et d’appliquer les pratiques les plus adéquates chaque fois que possible. L’avancée des connaissances en restauration et la possibilité de mettre en œuvre la meilleure solution dépendent cependant grandement de la motivation des restaurateurs à partager leurs expériences. La réalité montre que la transmission des « expériences négatives » reste sporadique, avec de trop rares témoignages sur les difficultés rencontrées et les apprentissages qui en découlent (https://journals.openedition.org/ceroart/1095).

L’objectif de cet exposé est d’expliquer et d’illustrer le nécessaire lien entre la gestion des connaissances et la qualité des données, mais aussi d’apporter un éclairage sur les défis de la mise en œuvre d’une telle démarche dans des organisations mises à mal par l’actualité sanitaire.

Cette actualité est pourtant riche en opportunités nouvelles, porteuse d’évolution et d’innovation. La gestion des connaissances n’y échappe pas puisqu’il est question de « Digital Knowledge Management ». En effet, la digitalisation des échanges et donc des partages de connaissances devient une priorité : est-ce possible cependant de considérer une numérisation de nos savoirs et savoir-faire sans les altérer ? Comment préserver la richesse de nos connaissances dans un contexte 100% digital ? Les réponses à ces interrogations légitimes sont multiples et multidisciplinaires, comme l’est la gestion des connaissances.

Intervenant

Françoise Rossion est Présidente du Master en sciences et technologies de l’information et de la communication et Maître de Conférence à l’ULB ; elle est aussi chargée de cours à l’Université de Lille. En parallèle à ses activités d’enseignement, Françoise est consultante depuis plus de 25 ans en gestion des connaissances et a acquis une forte expérience tant dans le secteur public que privé, en Belgique et à l’étranger. Elle est l’auteur de plusieurs articles et de deux ouvrages sur le sujet. 

(*)Réglementation en matière de protection des données :

Vous accédez à cette page et ces informations vous sont demandées car vous êtes repris sur une ou plusieurs listes de distribution par lesquelles l’Université libre de Bruxelles vous informe sur ses activités et/ou parce que vous vous inscrivez à un événement organisé par l’Université libre de Bruxelles. Le Règlement général sur la protection des données personnelles est entré en application le 25 mai 2018. L’ULB se conforme à cette législation et attache une grande importance à la protection de vos données à caractère personnel.

Ainsi, il vous est notamment possible, à tout moment, de vous désinscrire de cette invitation en envoyant un email à Mathias.Coeckelbergs@ulb.ac.be

Dans tous les cas, sachez que l’Université n’utilise vos données que pour vous informer sur ses activités et qu’elle ne les communique pas à des tiers à des fins commerciales ou de marketing.Toutes vos questions sur la protection de vos données par l’ULB peuvent être envoyées à la Déléguée à la protection des données : rgpd@ulb.ac.be.  Cette adresse est également celle par le biais de laquelle vous pouvez exercer vos droits en la matière : accès, rectification, effacement, limitation, opposition et portabilité.

Séance d’accueil

Chers futurs étudiants,

La filière du Master en Sciences et technologies de l’information et de la communication (MA-STIC) organise une séance d’accueil des nouveaux étudiants le jeudi 17 septembre à 18h00 au S.H1.301 (ULB Campus Solbosch, bâtiment H, niveau 1, local :H1.301). Il s’agit d’un grand auditoire, les règles de la distanciation seront respectées. Vous pouvez trouver le podcast de cette séance d’accueil ici, les slides ici.

Veuillez trouver ci-dessous le plan du Campus Solbosch (https://www.ulb.be/fr/solbosch/plan-du-campus) :

Comment s’orienter? Les campus et bâtiments universitaires sont chacun désignés par une lettre de l’alphabet. Chaque local, auditoire ou bureau est référencé selon un code

Nom campus – bâtiment  – porte d’entrée – niveau – numéro de la porte

Exemple : Campus du Solbosch – bâtiment U – porte D – niveau 3 – bureau 215 ->  S.UD.3.215

Au plaisir de vous y retrouver!

Présentation du MaSTIC – publication des slides

La présentation du MaSTIC a eu lieu ce jeudi 19 septembre. Vous trouverez ici les slides de la séance. Bonne rentrée académique!

Réunion du groupe de contact FNRS « Analyse critique et amélioration de la qualité de l’information numérique »

Téléchargez les slides d’Isabelle Boydens et de Max De Wilde.

La prochaine réunion du groupe de contact FNRS « Analyse critique et amélioration de la qualité de l’information numérique » se tiendra le mercredi 29 janvier 2020 dès 13h30 à l’Université libre de Bruxelles (auditoire AY2.108, bâtiment A, campus du Solbosch). Pluridisciplinaire, le groupe se situe au confluent des sciences appliquées et des sciences humaines et politiques.

Le groupe, dont nous avons fêté les 25 ans en 2019, s’est réuni récemment en 2014, en 2015, en 2016, en 2017, en 2018 et en 2019.  La réunion de 2020 s’inscrira  dans le thème fédérateur que l’Université libre de Bruxelles a choisi pour l’année académique 2019-2020, « l’année des langues ». Un thème riche, entre autres, sur le plan littéraire, culturel, cognitif ou encore, technologique

S’agissant des systèmes d’information et des technologies actuelles, la qualité des données, qui alimentent les programmes, est d’autant plus sensible que le langage naturel, toujours sujet à interprétation, évolue avec l’usage, de manière asynchrone d’une langue et d’une culture à l’autre.

En particulier, la conférence proposée lors de cette réunion du 29 janvier 2020, « I want to talk to a HUMAN! » : impact de la qualité des bases de connaissances sur les agents conversationnels, examinera cette question dans le domaine des agents conversationnels (ou « chatbots ») mobilisés pour assister les « centres de contacts ». Ceci, à travers une étude de cas particulièrement éclairante : celle du centre de contact de la Commission européenne, Europe Direct, qui traite annuellement près de 100.000 questions de citoyens formulées dans 23 langues. Nous verrons ensemble les défis que soulève l’implémentation d’un chatbot multilingue, devant répondre à des questions portant sur des domaines aussi variés que le Brexit, le programme de recherche Horizon 2020 ou les droits des passagers aériens, en mettant l’accent sur l’impact de la qualité des bases de connaissances sur les agents conversationnels.

La conférence sera présentée par Max De Wilde, Docteur en information et communication avec une spécialisation en linguistique computationnelle (Université libre de Bruxelles, 2015). En parallèle de son activité principale de consultant IT pour la Commission européenne, il est Maître de conférences à l’ULB où il dispense les cours de Traitement automatique de corpus et d’Ingénierie linguistique, ainsi que Chargé d’enseignement à l’Université de Genève.

La réunion se terminera par une table ronde au cours de laquelle tous les participants qui le souhaitent seront invités à intervenir. L’accès à la rencontre, qui est financée par le Fonds National de la Recherche Scientifique, est gratuit ; il est toutefois indispensable de s’inscrire avant le 23 janvier 2020 au plus tard à l’événement, le nombre de places disponibles étant limité. Accédez au formulaire d’inscription en cliquant ici

 

Programme

 

13h30 Accueil des participants

14h00 Mot d’accueil par Seth Van Hooland, Chargé de cours à l’ULB et Président du Master en Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication (MaSTIC)

14h05 Introduction, par Isabelle Boydens, Présidente du groupe de contact FNRS « Analyse critique et amélioration de la qualité de l’information numérique », Professeur ordinaire à l’ULB et responsable du « Data Quality Competence Center » au sein du département Recherche de Smals

14h15  “I want to talk to a HUMAN!” : impact de la qualité des bases de connaissances sur les agents conversationnels, par Max De Wilde

15h45 Débat et table ronde. Modérateur : Gani Hamiti, Data Quality Analyst chez Smals.

16h15 Réception

 

Résumé

 

“I want to talk to a HUMAN!” : impact de la qualité des bases de connaissances sur les agents conversationnels

Dans le secteur privé comme dans les administrations publiques, les agents conversationnels (« chatbots ») s’imposent progressivement comme support de première ligne permettant de fournir aux utilisateurs des réponses à leurs questions.

Pour ce faire, ces agents s’appuient sur des ressources internes ou externes pouvant prendre la forme de bases de connaissances structurées. La qualité de ces bases de connaissances, ainsi que celle de l’interprétation des requêtes formulées en langage naturel, a donc un impact direct sur les performances du système et la satisfaction de l’utilisateur.

Dans ce contexte, nous analyserons les forces et les limites du traitement automatique des langues et de l’apprentissage automatique pour la gestion de connaissances en constante évolution.

A cette fin, nous nous appuierons sur des exemples concrets issus du centre de contact Europe Direct de la Commission européenne (qui traite annuellement près de 100.000 questions de citoyens formulées dans 23 langues), et ce dans des domaines aussi divers que le Brexit, le programme de recherche Horizon 2020 ou encore les droits des passagers aériens.

 

Intervenant

 

Max De Wilde est Docteur en information et communication avec une spécialisation en linguistique computationnelle (Université libre de Bruxelles, 2015). En parallèle de son activité principale de consultant IT pour la Commission européenne, il est Maître de conférences à l’ULB où il dispense les cours de Traitement automatique de corpus et d’Ingénierie linguistique, ainsi que Chargé d’enseignement à l’Université de Genève où il enseigne les TIC aux étudiants en traduction.

Digital preservation in practice – Monday 18th of March

For the second year, ULB organises a seminar to foster the exchange of best practices in regards to digital preservation and archiving in practice. Last year, KEEP Solutions (developer of RODA) and Artefactual (developer of Archivematica) offered an overview of the architecture and strategical development of their digital preservation tools. This year, on Monday 18th of March, presentations will give a high-level overview of the strategical challenges involved when implementing a preservation service. In the context of weKONEKT.brussels, we will welcome you at BOZAR. Please see below how to access the building (which will not be through the main entrance). We will start sharp on time, so please arrive 10 minutes early.

Program:

16h45: Opening of the room and informal networking
17h: Introduction by Seth van Hooland (ULB)
17h15: Preservica implementation and configuration at the Historical Archives of the EC by Sven Carnel and Lieven Baert (European Commission)
18h00: Development of an Archiving As A Service (AaaS) for the National Social Security Agency (ONNS) by Arnaud Hulstaert (SMALS)
18h30: Digital archiving policy at the National Archives Belgium by Sébastien Soyez (AGR)

Presentations will be in French but questions and discussion can take place in Dutch and English. No reservation required, there are enough available seats.

Accessibility: the event takes place at Bozar – please note that you need to enter NOT through the regular main entrance but through the entrance at rue Royal 10, 1000 Brussel (see image below). This door will be accessible starting from 16h30, giving you access to the room Errera + 1.

Cours-conférence «  Data Quality Tools : concepts and practical lessons from a vast operational environment », par Gani Hamiti, 13 mars 2019 à 18 heures

Téléchargez les slides d’Isabelle Boydens (1MB) et de Gani Hamiti (5MB).

Dans le cadre du cours STIC-B-510 « Qualité de l’information et des documents numériques » de la filière STIC de l’Université libre de Bruxelles, Gani Hamiti, Data Quality Analyst chez Smals, donnera un cours-conférence intitulé « Data Quality Tools : concepts and practical lessons from a vast operational environment ».

L’événement aura lieu le mercredi 13 mars 2019 de 18 heures à 20 heures à l’Université libre de Bruxelles (auditoire K.4.401, bâtiment K, campus du Solbosch). L’exposé sera suivi d’une séance de questions-réponses ainsi que d’une réception.

Celui-ci s’adresse à un public multidisciplinaire. Le cours-conférence abordera, d’une part, l’analyse critique et l’amélioration de la qualité des bases de données auxquelles peuvent être confrontés des utilisateurs non-informaticiens.  D’autre part, plusieurs fonctionnalités avancées des « data quality tools », parmi les plus élaborées à l’heure actuelle et parfois méconnues de la communauté IT, seront évoquées dans le cadre d’une approche rigoureuse reposant sur une expérience et des exemples concrets.

Le cours-conférence ainsi que l’orateur seront brièvement présentés par Isabelle Boydens, titulaire du cours STIC-B-510, Professeur à l’Université libre de Bruxelles et Data quality Expert au sein du Département « Recherche » de Smals.

 

Abstract

A common catchphrase thrown around in IT parties to instantly part the crowd like a human Red Sea is that “Data matures like wine, applications like fish”[efn_note] Initial analogy by James Governor, 2007 (https://redmonk.com/jgovernor/2007/04/05/why-applications-are-like-fish-and-data-is-like-wine/), exact wording commonly attributed to Andy Todd, 2009 (https://craigsmith.id.au/2009/12/21/osdc-2009-day-3-wrapup/). [/efn_note]. While feature creep and fast paced technical obsolescence may certainly represent challenges to an application’s long-term sustainability, one can easily forget that fine wine only ages better if it is kept in adequate conditions. Furthermore, over time, actual stagnation and non-usage tend to join the ranks of data’s worst enemies.

Facing the ever-growing volume and stakes of data and considerable variety of the problems that it is used to support solving, data quality tools have come to play a major role in helping users to get a better grasp of what is happening into their data as much as tackling the problems that they discover. Practically, they offer technical solutions focused on making the data « fitter » for its uses in a costs-vs-benefits approach. Such tools leverage multiple decades of refined algorithms, optimizations and knowledge bases to deal efficiently with a wide array of challenges, such as building, enforcing and measuring business rules, parsing and validating address or product data, or comparing and matching records of one or multiple databases, possibly from different core business activities.

During this evening, we will go over the most typical features of industry-grade data quality tools and how they can help us to address the aforementioned issues and many more, using examples, stats and facts drawn from a large-scale operational environment.

This presentation will not require prior familiarity with the technical side of data quality and its tools, although that may help grasping underlying challenges and deeper concepts. Furthermore, since this approach is mostly aimed at existing issues in living databases, it integrates very well with the methodological and structural data quality approaches taught at the STIC-B510 « Qualité de l’information et des documents numériques » course, working hand in hand with them.

 

Speaker

After graduating from the Master in Information and Communication Science and Technology (Université libre de Bruxelles), Gani Hamiti has been working in the data quality field at Smals.  In this regard, he has been involved in various empirical data migration projects and in widely generalizable application areas such as social fraud detection or accounting information systems integration. In parallel, a significant part of his work consists in spreading awareness and sharing knowledge about data quality.

Réunion du groupe de contact FNRS « Analyse critique et amélioration de la qualité de l’information numérique »

Téléchargez les slides d’Isabelle Boydens (1MB) et de Sébastien de Valeriola (7MB).

La prochaine réunion du groupe de contact FNRS « Analyse critique et amélioration de la qualité de l’information numérique » se tiendra le mercredi 30 janvier 2019 à 13h30 à l’Université libre de Bruxelles (auditoire AY2.108, bâtiment A, campus du Solbosch).

Pluridisciplinaire, le groupe se situe au confluent des sciences appliquées et des sciences humaines et politiques.

Le groupe, dont nous fêterons les 25 ans lors de cette journée d’étude 2019, et qui s’est réuni récemment en 2014, en 2015, en 2016, en 2017 et en 2018, abordera cette année le thème suivant: « Méthodes quantitatives, analyse critique de données et histoire médiévale : des données contemporaines aux sources anciennes  ». La question est cruciale dans le contexte de la qualité des données. En effet, à l’heure du numérique, le recours à la critique historique soulève de nombreux enjeux s’agissant des sources de données actuelles et passées et peut bénéficier, en guise d’aide à l’interprétation intellectuelle, de méthodes quantitatives telles que le « text mining » ou le « machine learning».

Sébastien de Valeriola nous présentera la problématique sur la base d’exemples contemporains mais surtout issus de l’histoire médiévale. Docteur en mathématiques, détenteur d’un Master en actuariat et d’un Master en histoire (spécialisation « histoire médiévale »), pour lequel il s’est vu décerner le prix Henri Pirenne de la Commission royale d’Histoire, Sébastien réalise en ce moment une thèse de doctorat en Histoire. Parallèlement à ces études, il a acquis une solide expérience en entreprise (consultance en finance quantitative et en actuariat) et est maintenant chargé de cours dans les disciplines qu’il a étudiées au sein de plusieurs universités.

La réunion se terminera par une table ronde au cours de laquelle tous les participants qui le souhaitent seront invités à intervenir. L’accès à la rencontre, qui est financée par le Fonds National de la Recherche Scientifique, est gratuit ; il est toutefois indispensable de s’inscrire avant le 23 janvier 2019 au plus tard à l’événement, le nombre de places disponibles étant limité. Accédez au formulaire d’inscription en cliquant ici

 

Programme

 

13h30 Accueil des participants

14h00 Mot d’accueil par Françoise Rossion, Maître de conférence à l’ULB, Présidente du Master en Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication (MaSTIC) et consultante dans des projets internationaux, tant en gestion des connaissances qu’en matière de digitalisation.

14h05 Introduction, par Isabelle Boydens, Présidente du groupe de contact FNRS « Analyse critique et amélioration de la qualité de l’information numérique », Professeur ordinaire à l’ULB et responsable du « Data Quality Competence Center » au sein du département Recherche de Smals

14h15  « Méthodes quantitatives, analyse critique de données et histoire médiévale : des données contemporaines aux sources anciennes », par Sébastien de Valeriola

15h45 Débat et table ronde. Modérateurs : Christian Brouwer, Professeur à l’ULB et Directeur de la Bibliothèque des Sciences Humaines de l’ULB et Max De Wilde, Chargé d’enseignement à l’ULB ainsi qu’à l’Université de Genève et Consultant pour la Commission Européenne

16h15 Réception

 

Résumé

 

«Méthodes quantitatives, analyse critique de données et histoire médiévale : des données contemporaines aux sources anciennes »

Ces dernières années ont vu une croissance effrénée de l’importance accordée dans notre société aux données de tous types. Qu’il s’agisse de renseignements à propos des habitudes domestiques des consommateurs, du comportement des internautes ou de l’évolution des marchés financiers, les données sont présentes partout. Cette explosion s’est accompagnée de l’apparition (ou de la réapparition) de techniques permettant de récolter, traiter, analyser et exploiter efficacement ces énormes quantités d’information.

La recherche en sciences humaines n’est pas en reste : les bases de données disponibles pour les chercheurs se sont multipliées, et les approches quantitatives augurent pour ces disciplines un avenir passionnant, qu’il s’agisse de méthodes récentes ou de méthodes plus anciennes remises au goût du jour. Comme c’est le cas dans n’importe quel contexte d’utilisation, la manipulation des données dans ce domaine ne va pas de soi, et nécessite une analyse critique rigoureuse.

Durant cet exposé, nous présenterons quelques-unes de nos expériences dans la manipulation de données historiques relatives au Moyen Âge en vue de leur appliquer des méthodes quantitatives. Parmi celles-ci, nous passerons en revue des techniques de fouille de texte (text mining) et d’apprentissage automatique (machine learning), supervisé ou non-supervisé. Elles permettent d’explorer de manière (semi-)automatique des problématiques médiévales de types variés, depuis l’analyse des réseaux de crédit urbain jusqu’à l’identification des sources utilisées pour la rédaction d’une encyclopédie, en passant par l’étude du style des auteurs d’oeuvres littéraires.

 

Intervenant

 

Sébastien de Valeriola est chargé de cours à l’ICHEC Brussels management school, et chargé de cours invité à l’ULB (filières STIC et sciences actuarielles) et à l’UCL (filière sciences actuarielles).

Après une thèse de doctorat en mathématiques (2011, UCL) et un master en sciences actuarielles (2012, UCL), il a travaillé pendant sept ans dans une entreprise de consultance spécialisée en actuariat et en finance quantitative. Il se consacre maintenant à l’enseignement de l’actuariat, des mathématiques, des statistiques et de la science des données en haute école et à l’université.

Parallèlement à ces activités, Sébastien a réalisé un master en histoire (2017, UCL), au terme duquel il s’est vu décerner pour son mémoire le prix Henri Pirenne de la Commission royale d’Histoire. Il a ensuite entamé une thèse de doctorat dans cette discipline (UCL/UGent).

Ses activités et publications scientifiques concernent les mathématiques, l’actuariat, l’application de méthodes quantitatives aux sciences humaines et l’histoire médiévale.

Digital Archiving Analyst chez Exquando

The project of the Digital Archiving Analyst at Exquando is to establish the processes and systems for managing the archiving of physical and electronic records, information and data created or received that have a long-term retention obligations according to company policy and potential value for secondary reuse, and must be preserved and accessible for their entire lifespan. It also includes the deletion/destruction process at the end of the lifespan. The 2-to-3 year project concerns 12 million documents and will impact around 15,000 people in the organization.

The mission of the Digital archiving analyst is to:

·        Analyze the current archiving situation (As Is)

·        List the requirements for 4 different entities present across the globe

·        Translate these requirements into a transversal archiving process for all

·        Make a gap analysis between the As Is and the To Be of this process

This position, based in Belgium, requires the following skills:

·        Several years of experience in a similar project, preferably in the industrial sector

·        Good understanding of archiving processes

·        Sound project management skills with a capacity to think out of the box, identify issues in good time and offer practical solutions

·        Very good communicator, able to easily connect with the right people at all levels of the organization

·        Proficient in English, knowledge of French is a plus

·        Good team spirit, open-minded and flexible

This is a full time position with an immediate start. 

Interested in joining our team? Send your resume and cover letter to catherine.regniers@exquando.com and visit our website www.exquando.com.

Records Management Officer (m/f/x) chez MSF (Médecins sans Frontières)

Plus d’information se trouve sur leur site web ou sur le page LinkedIn.

Stage au Musée Gaumais

Le Musée gaumais, l’un des plus vastes et plus diversifiés en Province de Luxembourg, vous offre des places de stage. Vous pouvez contacter le directeur-conservateur, Mr. Didier Culot, pour plus d’information (courrier@musees-gaumais.be).

Offre de stage en marketing / communication au sein de l’Institut National de Métrologie Belge (SMD)

L’Organisation internationale du tourisme social (ISTO) offre une stage.

Plus d’information se trouve ici.

Stage chez l’European Medicines Agency

The Talent Acquisition team of the European Medicines Agency (EMA) is reaching out to you regarding their Traineeship programme.

The EMA Traineeship Programme

The European Medicines Agency (EMA) has published paid traineeship opportunities in areas such as medicine regulation, life sciences, healthcare, chemistry, information technology, law, pharmaceutical regulatory affairs, human resources, finance, communications, public relations and library and information science. The Agency is looking for motivated, qualified recent graduates or students on an Erasmus+ or other programme or PhD students, who are interested in gaining experience and contribute to the Agency’s work for every patient in Europe. The purpose of a traineeship at the Agency is to perform tasks that are predominantly in the interest of the trainee’s training and principally serve to increase the trainee’s knowledge and to gain relevant experience. The 2021 Traineeship programme is now open for applications until 31 May 2021 23:59 CET, with an intake on 1 October 2021!

Moreover, the Agency is looking for (1) student or recent graduate who possess a university degree in Library and Information Science or similar for the InfoCentre traineeship position. More information for this vacancy can be found here: https://careers.ema.europa.eu/job/Amsterdam-Trainee-%28InfoCentre%29/672309101/

L’ISTO (International Social Tourism Organisation) offre une stage pour l’élaboration d’un fonds documentaire électronique.

Plus d’information se trouve ici.

Prix ABD-BVD pour notre Benjamin Janssens!

Le Prix ABD-BVD 2021 a été attribué à Benjamin Janssens (MaSTIC) pour son mémoire « Analyse critique de l’évolution de l’EAD et de son implémentation via les logiciels AtoM et ArchivesSpace« . Bravo à Benjamin !

Attaché – Chef de projet de la plateforme e-classe – volet technique (H/F/X) à la Fédération Wallonie-Bruxelles

Plus d’information se trouve ici. L’offre est prolongée jusqu’au 18 juin.